Echec entrepreneurial et estime de soi

Echec entrepreneurial et estime de soi, un thème qui ne laissera nul entrepreneur indifférent. Confronté à l’incertitude et aux échecs parfois, comment nourrir une estime de soi stable et apprendre l’auto-bienveillance pour construire son parcours dans le temps avec sérénité.

Cette conférence de Christophe André sur l’image de soi et l’estime de soi donne des clés pour mieux comprendre ce qui se joue quand nous sommes confrontés à des difficultés dans la réussite de nos projets.

Pour ceux qui n’auront pas la possibilité d’écouter Christophe André, toujours aussi juste dans ses propos, voici un résumé de la conférence, qui dure une heure.

La définition la plus simple de l’estime de soi  c’est « comment on se voit et si on est content de ce qu’on voit ou pas ». C’est le regard que l’on porte sur soi et le jugement que l’on porte sur ce que l’on voit.

L’estime de soi est un concept redevenu d’usage fréquent, auparavant on parlait de confiance en soi = « je me sens capable de faire face à la situation / Capacité à s’engager dans l’action de manière correcte ». A la différence de la confiance en soi l’estime de soi implique l’idée du regard que l’on porte sur soi et que les autres portent sur nous. C’est une dimension de la personnalité qui n’est pas fixée une fois pour toutes. Elle est susceptible de variation sous l’effet des événements de vie et sous l’effet des efforts que l’on pourra faire pour l’améliorer.

Il y a des nourritures de l’estime de soi. Tout d’abord le sentiment de notre compétence. Chaque fois que je réussis quelque chose qui a de l’importance à mes yeux, je sens que je suis capable de faire bouger les choses. Ensuite les nourritures relationnelles. Les interactions favorables génèrent un sentiment d’approbation, de reconnaissance, et nourrissent notre estime de soi. Si je me sens rejeté, peu populaire, mal aimé, cela va être compliqué pour moi. Le rejet social est l’une des plus grandes violences psychologiques que l’on puisse faire à quelqu’un.

Nous vivons dans une société plutôt toxique du point de vue de l’image de soi. Il s’agit d’une société matérialiste qui accorde de l’importance à ce que l’on possède et met l’accent sur le statut social, les compétences, les richesses acquises. Cela crée une pression. C’est une souffrance quand on n’y arrive pas, on se sent distancié, pas dans la course. Même les personnes qui répondent aux critères de la réussite sont anxieux, stressés, inquiets. Ces influences sociales nous rendent malheureux. Dans les sociétés traditionnelles les gens restaient à leur place, on n’avait pas à montrer que l’on était compétent. Aujourd’hui il faut que j’ai une conviction de ma valeur assez forte.

La clé de l’estime de soi c’est de ne pas faire dépendre cela de nos succès ou de nos échecs. Tu peux connaître une série d’échec en étant quelqu’un de super.

L’image de soi est une dimension de l’estime de soi.  L’apparence physique est dans nos sociétés une dimension importante qui permet d’affirmer sa supériorité dans une vision compétitive des rapports sociaux. D’autres vont surinvestir leur apparence physique par peut d’être rejeté. C’est un trait assez humain de chercher à avoir la meilleure apparence physique. Aujourd’hui les réseaux sociaux sont problématiques pour un certain nombre de personnes. L’on y présente la meilleure image de soi et on intoxique les autres quand on présente le meilleur de soi seulement. On parle de tensions comparatives. En gros les humains ont tendance à se comparer les uns les autres. Dans une société sans image, sans cinéma, sans magazines de mode, on se compare avec les personnes de notre entourage qui ont toutes les chances de nous ressembler. Aujourd’hui les personnes avec lesquelles on va se comparer ont pour métier d’être belles, les photos sont retouchées. On voit alors très bien que l’on n’est pas au niveau. Tout ça est un mensonge généralisé. Peu à peu ça insécurise.

L’estime de soi est un sentiment plus ou moins stable. Les personnalités narcissiques vont avoir une haute estime de soi instable. Face à un échec elles vont être très en colère, ou arrogantes après un succès. Les oscillations émotionnelles autour de l’échec et du succès indiquent une difficulté. L’estime de soi peu élevée mais stable est peu problématique, c’est l’instabilité qui pose problème.

Les bonnes relations aux autres nous confortent dans notre estime de soi mais la comparaison aux autres nous fragilise.  L’estime de soi c’est pas l’admiration de soi mais l’acceptation de soi, la capacité à avoir de l’auto-bienveillance pour soi même quand on échoue. On pense qu’on ne peut être content de nous que quand on est dans la réussite. Ce qui est important dans le développement de l’estime de soi c’est de ne pas amplifier les blessures qui viennent de l’extérieur. Il faut se consoler, se traiter comme on traiterait un ami. C’est un truc central. Si vous avez cela, vous avez l’essentiel pour que l’estime de soi soit stable.

ALLER PLUS LOIN

Vous souhaitez  bénéficier d’un accompagnement personnalisé pour prendre du recul sur votre situation ? Pensez coaching, contactez-moi au 06 72 04 27 60 pour en parler.

Lire aussi Faire de sa sensibilité une force

 

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s