efficacité professionnelle

Pourquoi choisir les groupes Yes au Business !

« Les clients n’achètent pas ce que vous faites, ils achètent la raison pour laquelle vous le faites. » Simon Sinek

La réussite d’une entreprise dépend en grande partie de la personnalité du dirigeant et de sa capacité à inscrire son développement dans une dynamique porteuse de sens pour lui et pour ses partenaires.  Il lui faudra pour cela mettre des mots sur ce qu’il fait d’unique, comprendre ce qui le différencie des ses concurrents et exprimer ce qui fait la valeur de son offre pour trouver sa mécanique de succès.

Avec les groupes Yes au Business !, les entrepreneurs trouvent leur positionnement, clarifient et dimensionnent leur activité et développent une véritable dynamique entrepreneuriale.

creation-entreprise-femmes

Comment ?

Un accompagnement centré sur vos ressources vous permet de prendre du recul pour faire émerger vos appuis, structurer votre activité et vous mettre en mouvement :

  • Vous prendrez conscience de vos talents spécifiques d’entrepreneur afin qu’ils prennent place au coeur du projet et lui donnent un avantage concurrentiel décisif.
  • Vous clarifierez votre clientèle cible ainsi que votre offre de services
  • Vous mettrez à plat votre organisation pour mettre en place une manière de travailler plus efficiente
  • Vous construirez une stratégie commerciale qui vous permettra de développer votre activité
  • Des objectifs et des critères de réussites sont mis en place pour rationaliser le travail effectué et mesurer les progrès et changements accomplis.

Contenu du parcours :
Trouver sa mécanique de succès -Identifier le sens de son action pour favoriser l’émergence d’une vision directrice – Fixer le meilleur cap – Dépasser ses freins et développer son leadership – Créer les alliances nécessaires à la réussite du projet – Gérer les priorités – Communiquer

Modalités pratiques

6 séances d’octobre à mars pour prendre du recul à l’écart des sollicitations du quotidien, trouver des réponses à vos questionnements, clarifier l’orientation que vous souhaitez donner à votre activité et définir un plan d’action.

Le + : un entretien de bilan 2 mois après la fin du parcours.

Résultats

A l’issue du parcours vous pourrez exprimer clairement votre positionnement et votre offre mais également choisir des partenariats et des logiques de communication cohérentes et impactantes.

Rencontrons-nous ! Vous souhaitez créer votre cercle de réussite et rejoindre un groupe Yes au Business ! ? Contactez-moi au 06 72 04 27 60 ou en utilisant le formulaire contact pour un premier entretien gratuit.

En savoir plus sur le co-développement lire aussi Pourquoi rejoindre un groupe de co-développement pour entrepreneurs

En savoir plus sur les groupes Yes au Business ! lire aussi

Les entrepreneurs ont-ils « droit à la déconnexion » ?

Le droit à la déconnexion fait ce mois-ci son entrée dans le code du travail. Avec l’usage des smartphones, des tablettes et des ordinateurs portables, il est aujourd’hui possible de se connecter en permanence à son travail. La frontière vie pro/vie perso est devenue poreuse, les temps de travail ne sont plus continus,  et il est parfois difficile de fixer une limite à l’investissement professionnel. Avec la nouvelle loi travail, les entreprises auront le devoir de mettre en place des instruments de régulation de l’outil numérique pour assurer le respect des temps de repos et de congés ainsi que l’équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle et familiale de leurs salariés. 

Mais qu’en est-il pour les entrepreneurs ? Avons-nous droit à la déconnexion ?

Quand on est son propre patron, les outils numériques facilitent énormément le travail et nous permettent de gérer plusieurs aspects de nos vies quel que soit le lieu où l’on se trouve. Nos clients peuvent nous joindre où que nous soyons et obtenir une réponse rapide à leur demande. Comme tout progrès, un outil en fonction de l’utilisation que l’on en fait engendre également des effets indésirables. Hyper-connectés et passionnés par nos activités, nous sommes joignables en continu ou du moins nos clients peuvent le penser. S’attendant à obtenir une réponse rapide à leurs demandes certains frisent parfois l’indélicatesse, voire le harcèlement en multipliant textos le week-end, mails et appels téléphoniques.

La technologie devient alors source d’une pression accrue quand ce n’est pas une forme d’addiction que l’on mesure pleinement quand l’on arrive en « zone blanche », non couverte par notre opérateur de téléphonie ou sans accès au wifi.

Comment se tenir à l’abri de ces dérives pour être bien dans son travail et maintenir la qualité de ses relations ?

Je vous invite à profiter de la pause estivale pour visiter ce thème et regarder si vous ne gagneriez pas à instaurer une « zone tampon » pour maintenir les conditions nécessaires à votre équilibre et à votre performance. Voici quelques questions pour vous aider à mieux cerner vos pratiques et à réfléchir à ce qui vous conviendrait le mieux :

  • Avez-vous des horaires de travail définis (jours/heures) ?
  • Que ressentez-vous quand vous n’avez plus d’accès au réseau ou au wifi ?
  • A quels moments êtes-vous joignable pour vos clients ?
  • Avez-vous identifié dans votre semaine des plages de travail « au calme » ?
  • Si vous travaillez à domicile avez-vous un bureau isolé du reste de la maison ?
  • Avez-vous identifié des espaces de ressourcement (activité sportive, loisirs ou temps en famille) ?
  • Prenez-vous des vacances régulièrement ?

Vous souhaitez prendre du recul et instaurer un changement dans vos pratiques ? Vous souhaitez être accompagné ? Contactez-moi pour un diagnostic gratuit de vos besoins au 06 72 04 27 60.

Découvrir Le coaching de Dirigeants Outdoor
Projet de loi travail : droit à la déconnexion
 (site du Ministère du Travail)

Serendipité

Ceux qui me connaissent déjà le savent, j’aime beaucoup les contes. Les contes m’apportent un espace de re-création qui me permet de mettre à distance le quotidien et d’approfondir ma compréhension de mon environnement. Quand l’agenda devient trop dense et que les obstacles à franchir s’enchaînent ils m’offrent une pause et m’invitent à prendre du recul. Ballade du soir, lecture, petit-déjeuner avec les enfants, soirée avec nos amis du Club, nous avons tous des moments ou des activités-clé qui nous ressourcent. Je vous invite à les cultiver tout particulièrement en ces mois de mai-juin ou le temps s’accélère avant la pause de l’été.

Voici en partage ma bulle récréative de la semaine, un conte d’Henri Gougaud (L’Almanach) : 

A l’époque où notre monde n’était pas hérissé de tours, on disait que les arbres étaient les piliers du ciel. On contait aussi qu’aux premiers temps, Dieu vivait à portée de voix humaine. Il suffisait de lever le bas pour le toucher. Après le repas, les hommes s’essuyaient les mains sur le ciel, et il arrivait aux pileuses de mil, si elles levaient trop haut leur pilon au-dessus de leur chevelure, de chatouiller les pieds de Dieu. Or un jour, une femme plus grande, plus vigoureuse et plus enthousiaste que les autres faillit ainsi éborgner le Créateur. Du coup, vexé, Dieu s’éloigna de la Terre avec son ciel, et les hommes ne purent plus l’atteindre. Alors ils plantèrent un arbre au centre de leur village. Le premier de tous. Et cet arbre se déploya jusqu’à la nouvelle demeure du Créateur. C’est depuis ce jour que l’arbre est nommé en Afrique, le messager immobile. Il comble l’espace entre l’homme et son Dieu. A travers l’arbre la sève céleste descend du ciel vers la terre, et la sève terrestre monte de la terre vers le ciel.

Femme_entrepreneur

Penny Hardy

 

Mais rien n’est simple. On dit aussi que le dieu des nuages cherche de temps en temps à nous le dérober. Il tend ses grandes mains de vent  pour essayer de nous l’arracher. Mais l’arbre résiste. Il s’accroche à la terre. Il ne veut pas quitter les hommes. Pourquoi ? Parce qu’il est fidèle. La famille de l’arbre, c’est la pauvre et basse humanité. Il n’en changerait pas pour tous les cieux de l’univers. Et nous, sommes-nous fidèles à l’arbre ?

Et vous ? Quels sont vos espaces de re-création ? Vous souhaitez être accompagné pour prendre du recul sur votre quotidien ? Rencontrons-nous. Contactez-mois au 06 72 04 27 60.

Découvrir Le coaching équilibre et performance Outdoor

Lire aussi La force de la douceur

Comment apprivoiser la procrastination ?

Il nous est tous arrivé de remettre à plus tard une tâche qui nous ennuyait. Mais quand cette tâche consiste à téléphoner à un contact qui pourrait déboucher sur une affaire ou bien qu’il s’agit du paiement d’une facture qui nous vaudra une pénalité de retard importante si nous ne la payons pas en temps et en heure et que nous reportons cette tâche encore et encore en trouvant mille autres choses à faire à la place, il est temps de regarder de plus près de quoi il retourne pour voir s’il ne s’agit pas là d’une stratégie d’échec, voire d’auto-sabotage.

procrastination.jpg

 

La procrastination (vous l’avez reconnue) consiste à remettre à plus tard une tâche qui devrait être faite maintenant. Assortie d’un sentiment de culpabilité, elle peut être source d’anxiété, de doutes sur sa capacité à réaliser son projet ainsi que d’opportunités ratées. Elle devient un problème quand elle nuit à notre réussite et à l’avancement de nos projets. Comment apprivoiser ce comportement qui peut retarder notre développement d’affaires ?

Souvent perçue comme un problème d’organisation ou de gestion du temps, la procrastination comporte une dimension psychologique. Quand la tâche que l’on repousse est une chose que nous ne savons pas faire et qu’elle est en lien avec notre confiance en soi il est important de comprendre le message qu’elle nous adresse et d’adopter de nouvelles stratégies pour avancer :

1 – Se préoccuper de la cause pour comprendre le message que ce comportement nous envoie
Inutile de durcir sa volonté, la procrastination n’est généralement pas un problème de gestion de temps ni le fruit de la paresse. Un comportement d’évitement assorti d’une émotion négative est un signal et révèle généralement un besoin à combler. Peur du jugement, perfectionnisme, peur de l’inconnu ou de l’échec, besoin de stimulation… les causes de la procrastination peuvent être multiples. Le fait de prendre en compte ce signal aide la peur à se dissiper peu à peu et à mettre en place des solutions.  Peut-être avons-nous besoin de nous préparer et de nous exercer pour prendre confiance ? Imaginons que je souhaite prendre un rendez-vous avec un client potentiel mais que je peine à franchir le pas car c’est la première fois que je vais présenter mon offre de services, je peux organiser un premier entretien avec un professionnel de ma connaissance pour m’exercer et prendre confiance avant de rencontrer une personne que je ne connais pas.
Dans tous les cas, banissez les discours critiques à votre égard et changez de regard sur vous. Rien n’est plus efficace pour passer à l’action que la complicité avec soi-même et l’absence de rapports de force.

2- Découper la tâche en petites tâches plus simples à accomplir sans attendre de maîtriser tous les éléments pour avancer
Face à une difficulté, la tentation est grande de déployer des dispositifs très compliqués pour se rassurer. Je peux par exemple me convaincre que j’ai besoin d’une brochure détaillée ou d’une formation complémentaire pour approfondir mon expertise avant de prendre le premier rendez-vous. Or si ces éléments sont importants pour déployer son activité, ils ne sont pas indispensables pour démarrer. On peut même penser qu’il sera nécessaire de rencontrer ses clients d’abord pour affiner son offre et son discours, ou choisir le complément de formation dont nous avons besoin.  Alors la choses la plus simple à faire si je souhaite vendre mes nouvelles prestations est de téléphoner pour prendre ce fameux rendez-vous. Avec pour tâche principale de préparer deux phrases simples pour la prise de rendez-vous et  en reportant à plus tard la préparation de l’entretien lui-même. Le premier pas est souvent le plus difficile à faire car nous surestimons parfois la difficulté de ce que nous ne connaissons pas. Faire ce premier pas est important car il a pour effet de nous engager dans la réalité et de nous rapprocher de notre but, ce qui diminue l’appréhension que l’on ressent face à l’inconnu et nous réconcilie avec l’image que nous nous faisons de nous-même. Et pour être sûr de passer à l’action, associez à chaque tâche simple une échéance et récompensez-vous pour l’accomplissement de cette première étape afin de renouer avec le plaisir.

3- Faites participer les autres à vos progrès. Si vous avez la chance de faire partie d’un groupe de pairs ou d’un club d’entrepreneurs, évoquez vos projets et faites-vous aider de leurs conseils. L’idée des questions qu’ils vous poseront à la prochaine rencontre et de ce que vous aurez à leur raconter devrait vous stimuler pour avancer.

Et vous ? Pour quelles tâches procrastinez-vous ? Partagez vous aussi vos bonnes pratiques, laissez-nous un commentaire ici !

Vous souhaitez créer votre cercle de réussite et bénéficier d’un accompagnement personnalisé pour mettre en place votre démarche ? Pensez coaching, contactez-nous au 06 72 04 27 60 pour en parler.

Comment obtenir des résultats ?

La rentrée de septembre c’est un peu comme la rentrée de janvier, les bonnes résolutions sont à l’honneur. Si prendre de bonnes résolutions c’est poser des jalons pour progresser, c’est aussi un peu s’avouer que l’on ne peut pas compter sur notre mode de fonctionnement habituel et ces nouvelles habitudes disparaissent souvent très rapidement.

Alors quelle discipline mettre en place pour réussir ses objectifs ? comment faire pour se fixer des objectifs motivants et durables ?

Coaching professionnel Lannion

Je vous propose 2 pistes de réflexion, issues des ateliers pour entrepreneurs que j’anime sur ce sujet :

  • Vérifiez que les projets que vous menez et que les objectifs que vous vous fixez sont en accord avec vos buts personnels : ce qui favorise la mise en action c’est de sentir que ce que l’on fait va dans le sens de notre projet de vie et de ce qui donne du sens à notre existence. identifier clairement ces buts est une étape indispensable pour se mettre en mouvement efficacement et progresser. Une amie coach, de double culture anglaise et française me parle souvent du plaisir qu’elle ressent lorsqu’elle accompagne des clients qui évoluent dans un environnement interculturel. C’est une nécessité pour elle que de favoriser le travail entre personnes de cultures différentes. Proposer des programmes de formation et d’accompagnement qui favorisent la bonne compréhension mutuelle des équipes interculturelles est un objectif en cohérence avec son vécu et son histoire personnelle, et son énergie semble inépuisable quand il s’agit de promouvoir et de faire connaître ces spécificités.
  • Une fois votre cap ou votre vision d’entrepreneur clarifiés, centrez-vous sur l’essentiel et faites du tri dans vos actions. Ce qui favorise l’obtention de résultats concrets c’est la capacité à déterminer des priorités claires et à les décliner en objectifs concrets et réalistes. Ces objectifs sont à décliner à l’échelle de la journée et de la semaine. N’oubliez pas que nous surestimons souvent ce que nous pouvons réaliser à court terme. Se fixer des objectifs réalistes et se centrer sur l’essentiel amène à scinder sa to do list en deux : d’un côté la liste des priorités, qui trouveront une place dans l’agenda (identifier une plage spécifique pour eux dans la semaine) et, si renoncer est une chose difficile pour vous, une liste des NOT TO DO ou  PEUT-ETRE. Vous pourrez piocher dans cette liste quand les priorités seront accomplies.

Et pour un effet durable, gardez sur vous en permanence la liste de vos essentiels. Prenez chaque matin ou chaque soir un temps au calme pour définir ce qui est vraiment important pour la journée qui vient. Envisagez le dimanche soir ou le lundi matin l’action que vous souhaitez vraiment accomplir dans la semaine qui vient. Les résultats ne devraient pas tarder à se manifester, ne serait-ce que sous la forme d’un réel sentiment d’accomplissement. Clarifier son cap et sa vision, se centrer sur l’essentiel feront progresser votre cercle d’influence et de réussite. N’oubliez pas  que votre meilleur allié, c’est VOUS, avec le temps bien sûr ;-).

Et vous ? Quelle discipline avez-vous besoin de mettre en place pour réussir votre entreprise ?  Partagez vous aussi vos bonnes pratiques, laissez-nous un commentaire ici !

Vous souhaitez mettre en place une discipline dynamisante et bénéficier des ressources de l’intelligence collective pour développer votre entreprise facilement ? Découvrez les groupes Yes au Business, contactez-nous au 06 72 04 27 60 pour en parler.

Comment développer sa créativité ?

Qu’est-ce que la créativité ? Peut-être que c’est une évidence pour vous, mais pour moi les choses ont mis beaucoup de temps à s’éclairer sur ce sujet. Quand on me disait de quelqu’un qu’il était créatif je l’imaginais dessiner en couleur,  une sorte d’artiste qui se serait exprimé avec la spontanéité d’un enfant. Et puis en avançant dans ma vie professionnelle,  j’ai associé le mot créativité à l’expression « solutions créatives ». Il s’agissait alors  davantage de trouver de nouvelles solutions là où les autres voyaient une série de problèmes insolubles. Un peu comme une question de point de vue, une manière de faire un pas de côté pour voir les choses différemment.

Aujourd’hui je pense que la créativité est un état d’esprit, une attitude. Une capacité à prendre la vie avec fraîcheur et enthousiasme et à se nourrir dans tous les moments qui s’offrent à nous. Une promenade au bord de la mer ou dans un souk, un instant de jeu partagé avec un enfant… Une capacité à rester connecté à ses 5 sens et à ses ressentis.

Scott Barry Kaufman, un psychologue de l’Université de New York a passé des années à faire des recherches sur la créativité.S’il n’existe pas de profil créatif type, on trouve cependant des caractéristiques et des comportements révélateurs chez les personnes extrêmement créatives. Voici 18 choses qu’elles font différemment , listées par le Huffington Post :

ils rêvassent   //   ils observent tout ce qui est autour d’eux   //   ils travaillent aux heures qui les arrangent   //   ils prennent le temps d’être seuls   //   ils contournent les obstacles de la vie   //   ils sont à la recherche de nouvelles expériences   //   ils échouent et sont persévérants   //   ils posent les bonnes questions et sont curieux   //   ils observent les gens   //   ils prennent le risque de s’exposer   //   pour eux tout devient une occasion de s’exprimer   //   ils réalisent leurs vraies passions   //   ils sortent de leur propre tête   //   ils perdent la notion du temps   //   ils s’entourent de beauté   //   ils établissent des connexions entre les choses   //   ils aiment faire bouger les choses   //   ils consacrent du temps à la méditation

Et vous, qu’en pensez-vous ? Comment développez-vous votre créativité ? Prenez-vous le temps de rêvasser, d’observer, de « sortir la tête du guidon » ?

Et pour aller plus loin et développer sa créativité, pensez coaching. Les questions du coach permettent d’envisager de nouvelles options possibles et  d’ouvrir des perspectives. Une manière d’entrevoir la plage au-délà du bac à sable…