coaching entreprise 22

Digital Detox

Le blog d’Adkoe prend ses quartiers d’été et sera en vacances du 23 juillet au 23 août. Ah les vacances… Du latin vacans, qui signifie entre autres « être libre, inoccupé, vacant »… Etre libre et inoccupée… Un rêve pour beaucoup d’entre nous et un moment que j’attends avec impatience chaque année. Et aussi une pointe d’inquiétude. Car chaque année j’observe qu’il m’est difficile de basculer brutalement du mode occupé au mode inoccupé et de renoncer à tout ce que je voulais encore faire avancer avant de partir.  Alors chaque année je prépare ma transition et veille à m’accompagner dans ma démarche. Je vous livre ici mes astuces pour réussir à partir sereinement en vacances.

adkoe-conge-2018.jpg
  • fixer des dates de vacances réalistes
  • 15 jours à 3 semaines avant la date prévue les communiquer en signature de mail
  • préparer la liste des choses importantes que vous souhaitez absolument faire avant de partir
  • la veille des vacances, programmer sur sa messagerie électronique un message protecteur et sympathique qui sera délivré à chaque message entrant
  • désactiver les notifications professionnelles
  • ranger son bureau et faire du tri
  • reporter ce qui n’a pas pu être fait avant le départ à la rentrée et le noter sur une liste spéciale

Je vous invite à compléter et/ou personnaliser cette liste à l’envie à partir de votre expérience personnelle et de vos envies. Un joli mot, le mot envie ;-).

Vous souhaitez être accompagné dans votre démarche ou accompagner vos équipes, rencontrons-nous pour en parler à partir du 23 août. Vous pouvez me laisser un message au 06 72 04 27 60, ou via le formulaire contact.

 

3 conseils pour mieux travailler en équipe

Travailler efficacement en équipe pour offrir le meilleur service à ses clients n’est pas toujours évident. Le manque de temps, les rivalités internes ou les différences de caractère des uns et des autres font qu’un management directif paraît souvent le plus court chemin vers l’efficacité. Il est pourtant facile avec quelques petits changements dans sa manière de faire d’améliorer la collaboration dans son équipe et d’accroître la performance de l’entreprise.

Nous vous proposons ici 3 conseils pour développer l’esprit collaboratif au sein de votre équipe :

Conseil numéro 1 – Encouragez chacun à s’exprimer

La parole est souvent monopolisée par les mêmes personnes, à l’aise avec l’idée de s’exprimer. Les timides, les prudents, ont aussi des choses à dire et peuvent contribuer à l’amélioration de vos services. Comment faire pour encourager chacun à s’exprimer ? Lors des réunions, donnez la parole à chacun sous forme de tour de table. Encouragez chacun à formuler ce qu’il pense même si son « voisin l’a déjà dit ». Soyez également généreux avec les idées des autres. Accueillez les en vous disant « C’est formidable ce que tu proposes ». Ne formulez pas de jugement dans cette phase d’expression. Ecoutez et enregistrez ce qui est dit pour mieux comprendre le point de vue de chacun.

Conseil numéro 2 – Cultivez le « et » plutôt que le « mais »

Enrichissez les propositions les unes avec les autres, apportez des compléments pour faire progresser l’ensemble plutôt que d’apporter des limitations ou de vous opposer.

Conseil numéro 3 – Passez un peu de temps ensemble hors du bureau

Les moments d’échanges informels sont également source d’améliorations pour l’entreprise. Déjeuner d’équipe, journée d’équipe dans la nature, ces moments privilégient favorisent la mise en place de liens entre tous les membres de l’équipe et un climat de confiance.

Pour que ces 3 conseils portent leurs fruits il sera important au préalable de poser un cadre de travail clair en précisant les objectifs que vous poursuivez, le POUR QUOI FAIRE de votre démarche. A vous de jouer 😉 !

Vous souhaitez prendre du recul et instaurer un changement dans vos pratiques pour mieux mobiliser vos équipes ?  Contactez-moi pour un diagnostic gratuit de vos besoins au 06 72 04 27 60.

Quel temps consacrer à la convivialité dans son équipe ?

Entre les tâches de production, la communication interne et la représentation de l’entreprise à l’extérieur, être manager est un jeu permanent d’équilibriste. Le temps étant une ressource finie, l’équation est parfois difficile à résoudre, reléguant la convivialité au dernier rang des préoccupations du manager. Est-ce vraiment important de passer du temps avec son équipe hors réunion et entretiens ?

La réussite d’une équipe repose sur une double équation :

  • Des tâches claires et bien définies avec des méthodes de travail communes
  • Des relations saines entre les équipiers autour d’un objectif commun partagé

Quand on parle de relations saines, il ne s’agit pas obligatoirement d’affinités, il s’agit au moins de se respecter, de connaître le travail des autres, leurs contraintes, leurs joies pour permettre à chacun de mieux comprendre l’autre et générer un climat de soutien au sein de l’équipe. Pour le manager, agir à ce niveau et passer du temps avec son équipe est essentiel pour la sécuriser et la valoriser.

Mais quel temps consacrer à la convivialité dans son équipe ? Quels sont les rituels managériaux incontournables pour doper la performance de son équipe ?

1- Le socle de la convivialité en entreprise repose à minima sur des rapports humains entretenus au travers du partage d’un café en équipe, voire d’un déjeuner d’équipe de temps en temps. De nombreuses études portent sur ce point et montrent l’importance des temps de convivialité pour régler finement le fonctionnement de l’équipe, la suppression de la pause café journalière pouvant se révéler largement contre-productive.

2- L’étape suivante consiste à ritualiser les évènements de la vie de l’équipe : arrivée d’un nouvel équipier avec la création d’un parcours d’intégration des nouveaux collaborateurs, communication autour du départ d’un membre de l’équipe, découverte d’un nouveau produit par l’organisation d’un « banc test » en interne, partage d’expériences de type « success stories » autour des retours des clients satisfaits, célébration des réussites, organisation chaque année d’une journée équipe à l’extérieur de l’entreprise. Un management rythmé,  « ritualisé » permet aux équipiers de se sentir appartenir et exister, et de reconnaître l’importance des étapes franchies.

3- Pour aller plus loin et doper la performance de son équipe, le manager peut également mettre en place un groupe de co-développement. Il ouvrira ainsi un temps de régulation et de formation en interne qui permettra à chacun de s’exprimer librement, d’aider et d’être aidé par les autres, et provoquera la mise en place de nouveaux comportements plus efficaces. C’est un moyen de faire grandir et progresser l’autonomie de ses équipiers et de s’appuyer sur l’intelligence collective pour mieux réussir.

Je constate régulièrement les bénéfices de ces approches lors des ateliers de co-developpement managerial que j’anime. Et quand j’entends en coaching des personnes regretter leur manque de charisme ou celui de leur hiérarchie, je pose ces 3 questions :

  • Que fait le manager pour communiquer une organisation claire, être transparent sur ce qui est faisable ou non, sans faux semblants ?
  • Que fait le manager pour que l’équipe se connaisse mieux, collabore efficacement et évite de perdre son temps en réunions inutiles, s’entraide lors de ces moments ?
  • Que fait le manager pour que l’équipe puisse innover, avoir un objectif clair même dans le brouillard, avoir de l’information le plus à temps possible pour agir efficacement ?

C’est par des actions concrètes que l’on fait progresser chaque jour son management et son équipe :-).

Vous souhaitez mettre en place des « rituels managériaux »porteurs pour votre équipe et faire grandir vos collaborateurs ? Contactez-moi pour un rendez-vous conseil sans engagement au 06 72 04 27 60.

Réussir son entreprise dans le secteur du bien-être, Laurent Prodomme témoigne

Fondateur de Biosoins et de Géobreizh, Laurent Prodomme est un passionné de bioénergie et de géobiologie scientifique. Soucieux d’un meilleur bien-être, il aide les personnes à trouver ou à retrouver l’équilibre et la santé en agissant sur deux dimensions : le rééquilibrage énergétique de la personne et les sources de pollution de son environnement.  Installé à Lannion, il témoigne pour nous de son parcours d’entrepreneur. Merci à lui !

reussir_son_entreprise_dans_le_secteur_du_bienetre

Laurent Prodomme, fondateur de Biosoins et Géobreizh

Comment vous est venue l’idée de créer votre propre activité ? Quel a été votre moteur ?
J’ai fait des études scientifiques qui m’ont amené à faire carrière dans l’industrie. Je faisais mon travail très consciencieusement mais je ne me sentais pas vraiment épanoui. Parallèlement à mon travail je m’intéressais beaucoup à l’influence de l’environnement sur la santé. Je consacrais tout mon temps libre à l’étude de ces phénomènes et petit à petit l’idée m’est venue d’en faire mon métier.  J’avais très envie de relier passion et travail, et c’est en 2011 que j’ai pris la décision de créer Biosoins et Géobreizh pour me consacrer aux questions de bien-être de la personne y compris de son habitat au sens large.

Quel besoin le fait d’avoir créé votre société a-t-il nourri chez vous ?
J’ai le sentiment d’avoir trouvé ma voie. J’ai la chance d’exercer un métier dans lequel je m’épanouis et qui correspond à mes valeurs. La santé et le bien-être sont des sujets qui me tiennent à cœur, et je suis très heureux quand je contribue à trouver une solution aux problèmes physiologiques des personnes par le biais de mes 2 activités. J’ai beaucoup de plaisir à faire ce que je fais aujourd’hui.

Dans quel monde idéal aimeriez-vous vivre ?
Mon monde idéal serait un monde dans lequel l’humain serait au centre des préoccupations, et où l’on privilégierait des solutions naturelles aux problèmes de santé.

Combien de temps s’est-il écoulé entre le moment où vous avez commencé à penser au projet et le démarrage de l’activité ?
C’est tout un cheminement. Le salariat m’a permis de mûrir, de prendre conscience de ce que j’aimais et de ce que je n’aimais pas. C’est l’expérience qui permet d’affiner ses choix. Et puis petit à petit l’envie de créer mon activité m’est venue. Mais j’ai mis du temps à déterminer précisément ce que je voulais faire. Ca ne s’est pas fait du jour au lendemain pour moi, cela a pris 3 ans pour mûrir le projet. J’avais besoin de vérifier si l’idée que j’avais était viable, et puis j’ai suivi des formations pour approfondir mes connaissances et rejoindre un réseau d’experts.

Qu’est-ce qui a été le plus difficile pour vous ? Qu’avez-vous mis en place pour surmonter ces difficultés ?
La partie commerciale, je ne suis pas un bon vendeur. J’apprends à le faire petit à petit.

Quelle est votre plus grande satisfaction aujourd’hui ?
Les relations amicales. Quand on change de métier (je suis passé de l’industrie à la bioénergie et à la géobiologie), il y a des personnes qui ne comprennent pas. Et puis il y a des amis qui apportent leur soutien durant la phase de changement, qui savent être à l’écoute sans juger. Ces relations sont précieuses à mes yeux. J’ai fait de belles rencontres également dans les réseaux d’entrepreneurs. Les clubs de créateurs permettent de partager des expériences avec des personnes qui vivent la même chose. Aujourd’hui je suis fier du chemin que j’ai parcouru, c’est une construction de longue haleine.

En 3 mots, que diriez-vous à ceux et celles qui voudraient se lancer ?

  • Bien se connaître, poser ce qui passionne le plus car c’est le moteur
  • Evaluer si la passion est viable et si le secteur est porteur
  • Avancer et bien s’entourer

De quoi avez-vous besoin pour continuer à grandir aujourd’hui ?
Je continue à expérimenter et à progresser dans mon métier. Depuis l’année dernière je dispense des formations en bio-énergétique, c’est un nouveau projet qui m’enthousiasme beaucoup !

Pour retrouver Laurent Prodomme dans ses activités c’est par ici : site Biosoins et site internet Géobreizh

Pouvez-vous compter sur l’engagement de votre équipe ?

Bénéficier de l’engagement de son équipe dans les phases de transition, c’est le désir de tout dirigeant en position de leadership.  Aujourd’hui cependant les études et les témoignages vécus concordent : 54 % des salariés se disent démotivés en France et les chefs d’entreprise constatent qu’il y a une difficulté à motiver les salariés dans une période où les marges de manoeuvre sur les rémunérations sont faibles (source : Etude Gallup publiée en 2014).

gestion_equipe_management__adkoe

Un salarié engagé est émotionnellement investi dans son entreprise et se sent impliqué dans le développement des affaires de cette entreprise. L’atelier « Décider en équipe » que j’ai animé au printemps pour les entreprises de la Technopole Anticipa  nous a permis de préciser les attitudes attendues en situation de travail.

Je vous propose de faire rapidement vous-même un premier diagnostic de votre équipe afin de voir si vous pouvez compter sur votre équipe :

Vos collaborateurs :

□ font preuve d’une volonté de découverte, d’aller de l’avant et de résoudre les problèmes
□ font des propositions concrètes pour améliorer les produits et les services de l’entreprise
□ font circuler l’information utile
□ respectent la confidentialité vis-à-vis de l’extérieur de l’équipe
□ utilisent des méthodes de travail communes et adaptées
□ travaillent dans un climat de confiance qui permet à chacun d’exprimer ses idées
□ coopèrent pour résoudre les problèmes
□ réagissent positivement aux idées de leurs collègues
□  montrent des attitudes de soutien réciproque
□ ont des résultats qui progressent
□ ont une influence positive sur la qualité du service client
□ montrent du plaisir et de la fierté à appartenir à une entité commune

Vous avez une majorité de oui ? C’est parfait, vos collaborateurs sont majoritairement motivés, actifs et ils se sentent impliqués. A l’aise dans leurs fonctions ils font progresser votre entreprise et donnent une bonne image de votre structure vis à vis de la clientèle.

Cependant nous le savons tous, les choses varient dans le temps et la réalité d’une équipe c’est parfois aussi des personnes qui se comprennent mal, se méfient et se protègent les unes des autres, des méthodes et des habitudes de travail différentes, des jeux de pouvoir, une tendance à se réfugier dans l’attentisme avec peu d’actions concrètes (présentéisme), le refus d’accepter des directives et la non application de la politique de l’entreprise, de la passivité et des attitudes d’évitement pouvant aller jusqu’à l’absentéisme. Les collaborateurs peuvent également être désengagés. Démotivés, peu actifs, ils arrivent pour partir, voire même activement désengagés. Ils ont alors un ressenti négatif envers l’entreprise, susceptible de se manifester par des comportements hostiles à l’encontre de cette entreprise.

Impliquer son équipe dans le projet de l’entreprise et obtenir l’engagement de ses collaborateurs n’est pas une chose facile. Des outils permettent de mettre en place un management plus participatif qui produit des résultats sur l’attitude de ses collaborateurs. Chaque dirigeant peut par son comportement et ses méthodes de management avoir un impact sur l’engagement de ses équipes. Les 3 prochains articles seront consacrés à ces outils.

Vous souhaitez prendre du recul et instaurer un changement dans vos pratiques pour mieux mobiliser vos équipes ?  Contactez-moi pour un diagnostic gratuit de vos besoins au 06 72 04 27 60.

Lire aussi : Management, cultiver le sentiment d’appartenance

Les entrepreneurs ont-ils « droit à la déconnexion » ?

Le droit à la déconnexion fait ce mois-ci son entrée dans le code du travail. Avec l’usage des smartphones, des tablettes et des ordinateurs portables, il est aujourd’hui possible de se connecter en permanence à son travail. La frontière vie pro/vie perso est devenue poreuse, les temps de travail ne sont plus continus,  et il est parfois difficile de fixer une limite à l’investissement professionnel. Avec la nouvelle loi travail, les entreprises auront le devoir de mettre en place des instruments de régulation de l’outil numérique pour assurer le respect des temps de repos et de congés ainsi que l’équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle et familiale de leurs salariés. 

Mais qu’en est-il pour les entrepreneurs ? Avons-nous droit à la déconnexion ?

Quand on est son propre patron, les outils numériques facilitent énormément le travail et nous permettent de gérer plusieurs aspects de nos vies quel que soit le lieu où l’on se trouve. Nos clients peuvent nous joindre où que nous soyons et obtenir une réponse rapide à leur demande. Comme tout progrès, un outil en fonction de l’utilisation que l’on en fait engendre également des effets indésirables. Hyper-connectés et passionnés par nos activités, nous sommes joignables en continu ou du moins nos clients peuvent le penser. S’attendant à obtenir une réponse rapide à leurs demandes certains frisent parfois l’indélicatesse, voire le harcèlement en multipliant textos le week-end, mails et appels téléphoniques.

La technologie devient alors source d’une pression accrue quand ce n’est pas une forme d’addiction que l’on mesure pleinement quand l’on arrive en « zone blanche », non couverte par notre opérateur de téléphonie ou sans accès au wifi.

Comment se tenir à l’abri de ces dérives pour être bien dans son travail et maintenir la qualité de ses relations ?

Je vous invite à profiter de la pause estivale pour visiter ce thème et regarder si vous ne gagneriez pas à instaurer une « zone tampon » pour maintenir les conditions nécessaires à votre équilibre et à votre performance. Voici quelques questions pour vous aider à mieux cerner vos pratiques et à réfléchir à ce qui vous conviendrait le mieux :

  • Avez-vous des horaires de travail définis (jours/heures) ?
  • Que ressentez-vous quand vous n’avez plus d’accès au réseau ou au wifi ?
  • A quels moments êtes-vous joignable pour vos clients ?
  • Avez-vous identifié dans votre semaine des plages de travail « au calme » ?
  • Si vous travaillez à domicile avez-vous un bureau isolé du reste de la maison ?
  • Avez-vous identifié des espaces de ressourcement (activité sportive, loisirs ou temps en famille) ?
  • Prenez-vous des vacances régulièrement ?

Vous souhaitez prendre du recul et instaurer un changement dans vos pratiques ? Vous souhaitez être accompagné ? Contactez-moi pour un diagnostic gratuit de vos besoins au 06 72 04 27 60.

Découvrir Le coaching de Dirigeants Outdoor
Projet de loi travail : droit à la déconnexion
 (site du Ministère du Travail)