motivation

Digital Detox

Le blog d’Adkoe prend ses quartiers d’été et sera en vacances du 23 juillet au 23 août. Ah les vacances… Du latin vacans, qui signifie entre autres « être libre, inoccupé, vacant »… Etre libre et inoccupée… Un rêve pour beaucoup d’entre nous et un moment que j’attends avec impatience chaque année. Et aussi une pointe d’inquiétude. Car chaque année j’observe qu’il m’est difficile de basculer brutalement du mode occupé au mode inoccupé et de renoncer à tout ce que je voulais encore faire avancer avant de partir.  Alors chaque année je prépare ma transition et veille à m’accompagner dans ma démarche. Je vous livre ici mes astuces pour réussir à partir sereinement en vacances.

adkoe-conge-2018.jpg
  • fixer des dates de vacances réalistes
  • 15 jours à 3 semaines avant la date prévue les communiquer en signature de mail
  • préparer la liste des choses importantes que vous souhaitez absolument faire avant de partir
  • la veille des vacances, programmer sur sa messagerie électronique un message protecteur et sympathique qui sera délivré à chaque message entrant
  • désactiver les notifications professionnelles
  • ranger son bureau et faire du tri
  • reporter ce qui n’a pas pu être fait avant le départ à la rentrée et le noter sur une liste spéciale

Je vous invite à compléter et/ou personnaliser cette liste à l’envie à partir de votre expérience personnelle et de vos envies. Un joli mot, le mot envie ;-).

Vous souhaitez être accompagné dans votre démarche ou accompagner vos équipes, rencontrons-nous pour en parler à partir du 23 août. Vous pouvez me laisser un message au 06 72 04 27 60, ou via le formulaire contact.

 

Pourquoi choisir les groupes Yes au Business !

« Les clients n’achètent pas ce que vous faites, ils achètent la raison pour laquelle vous le faites. » Simon Sinek

La réussite d’une entreprise dépend en grande partie de la personnalité du dirigeant et de sa capacité à inscrire son développement dans une dynamique porteuse de sens pour lui et pour ses partenaires.  Il lui faudra pour cela mettre des mots sur ce qu’il fait d’unique, comprendre ce qui le différencie des ses concurrents et exprimer ce qui fait la valeur de son offre pour trouver sa mécanique de succès.

Avec les groupes Yes au Business !, les entrepreneurs trouvent leur positionnement, clarifient et dimensionnent leur activité et développent une véritable dynamique entrepreneuriale.

creation-entreprise-femmes

Comment ?

Un accompagnement centré sur vos ressources vous permet de prendre du recul pour faire émerger vos appuis, structurer votre activité et vous mettre en mouvement :

  • Vous prendrez conscience de vos talents spécifiques d’entrepreneur afin qu’ils prennent place au coeur du projet et lui donnent un avantage concurrentiel décisif.
  • Vous clarifierez votre clientèle cible ainsi que votre offre de services
  • Vous mettrez à plat votre organisation pour mettre en place une manière de travailler plus efficiente
  • Vous construirez une stratégie commerciale qui vous permettra de développer votre activité
  • Des objectifs et des critères de réussites sont mis en place pour rationaliser le travail effectué et mesurer les progrès et changements accomplis.

Contenu du parcours :
Trouver sa mécanique de succès -Identifier le sens de son action pour favoriser l’émergence d’une vision directrice – Fixer le meilleur cap – Dépasser ses freins et développer son leadership – Créer les alliances nécessaires à la réussite du projet – Gérer les priorités – Communiquer

Modalités pratiques

6 séances d’octobre à mars pour prendre du recul à l’écart des sollicitations du quotidien, trouver des réponses à vos questionnements, clarifier l’orientation que vous souhaitez donner à votre activité et définir un plan d’action.

Le + : un entretien de bilan 2 mois après la fin du parcours.

Résultats

A l’issue du parcours vous pourrez exprimer clairement votre positionnement et votre offre mais également choisir des partenariats et des logiques de communication cohérentes et impactantes.

Rencontrons-nous ! Vous souhaitez créer votre cercle de réussite et rejoindre un groupe Yes au Business ! ? Contactez-moi au 06 72 04 27 60 ou en utilisant le formulaire contact pour un premier entretien gratuit.

En savoir plus sur le co-développement lire aussi Pourquoi rejoindre un groupe de co-développement pour entrepreneurs

En savoir plus sur les groupes Yes au Business ! lire aussi

Pourquoi rejoindre un groupe de co-développement pour entrepreneurs ?

Le co-développement est une méthode fondée sur l’intelligence collective créée et expérimentée au Canada par Adrien Payette et Claude Champagne qui se déploie aujourd’hui en France car c’est l’un des processus les plus efficaces pour développer de nouvelles stratégies et progresser. Les entrepreneurs connaissent parfois déjà ce dispositif sous le nom de Mastermind popularisé par Napoléon Hill. Pourquoi rejoindre un groupe de co-développement pour entrepreneurs ?

Raison n°1- L’entrepreneuriat est un parcours

Nous n’en sommes est pas toujours conscients quand nous nous lançons mais mettre sur pieds puis développer sa propre activité cela va prendre du temps, beaucoup de temps, et parfois beaucoup plus de temps qu’on ne l’imaginait. Plusieurs phases ont été identifiées par les spécialistes de l’accompagnement : l’émergence (le moment où l’on se questionne sur ses motivations, ses compétences, le type d’entreprise que l’on pourrait développer et où l’on prend la décision de se lancer), l’élaboration du projet (acquisition de nouvelles compétences, création d’une offre, choix d’un statut juridique), et le démarrage à proprement parler. Pour autant cette première phase de démarrage, si elle est déjà très riche en émotions et en prises de décisions ne représente que le tout début de l’aventure. De nombreuses étapes resteront à franchir durant plusieurs années pour trouver ses clients, faire des choix et pérenniser son entreprise. Rejoindre un groupe de co-développement pour entrepreneurs ou un groupe Mastermind permet de franchir ces caps de croissance en compagnie d’entrepreneurs motivés à réussir.

Raison n°2 – Nous avons besoin des autres pour faire évoluer notre point de vue

Il n’est pas toujours facile d’intégrer toutes les informations diffusées lors des parcours de formations à la création d’entreprise. Ces connaissances nous sont livrées « brut de décoffrage » et il nous appartient ensuite de les digérer pour les mettre en action à travers nos choix personnels. Et devant certaines problématiques, il n’existe pas toujours un guide de la bonne manière d’agir. Dans un groupe de co-développement chaque participant est tour à tour « demandeur » (client) et « offreur de solution » (consultant). La diversité des participants et le fait qu’ils partagent un vécu commun de créateur d’entreprise permet de poser un regard nouveau sur des problématiques qui pouvaient sembler insoluble jusqu’alors et garantit la progression de chaque participant. Chacun est amené à exprimer sa vérité, ce qui produit des échanges sincères et authentiques.

Raison n°3 – Un temps de maturation est nécessaire pour poser les bonnes actions

Passer à la vitesse supérieure demande de repenser les bases de son action. Il s’agit de réaliser clairement quel objectif l’on poursuit à travers le développement de sa propre activité et de prendre conscience de ses modes de fonctionnement préférentiels. Chaque entrepreneur est unique et va se développer en fonction de sa personnalité. Le co-développement donne à chaque participant une chance de trouver ses propres solutions et renforce ainsi la motivation pour agir ainsi que la cohérence des actions. C’est toute la puissance et la beauté de ce dispositif.

Le co-développement comment ça marche ?

Les participants partagent les mêmes préoccupations et travaillent tous ensemble à résoudre la problématique de l’un des membres, la réflexion étant favorisée par une consultation en six étapes qui structure la parole, l’écoute et la réflexion et incite à l’action. L’animateur, formé au co-développement, assure la réussite du processus et la sécurité des participants en régulant les échanges.

Le déroulé est le suivant :

1 – L’exposé (5 à 10 mins)

Le « client » du jour expose sa préoccupation ou son objectif au groupe. Durant cette période aucun des “consultants” ne doit l’interrompre ou lui poser des questions.

Le but est que les “client” expose en détail les tenants et aboutissants de sa problématique.

2 – Les Questions de Clarification (15 à 20 mins)

Le but est que les “consultants” demandent des précisions sur le problème, afin d’être sûrs qu’ils ont bien compris le problème.

Les “consultants” ne doivent pas encore proposer des solutions, mais juste demander de nouvelles informations pour éclaircir des points.

La prise de parole doit être brève, avec si possible des questions ouvertes de la part des consultants.

3 – Le Contrat (5 à 10 mins)

Guidé par l’animateur formé au co-développement, le « client » pose une demande qui sera clarifiée afin de permettre aux consultants d’apporter l’aide qui est attendue très précisément

4 – La Consultation ( 20 minutes)

Les consultants exposent des solutions pratiques au client en proposant des idées, en parlant de leur expériences, en faisant des suggestions, en donnant leurs impressions…. Le client garde le silence et note toutes les propositions qui lui sont faites. Les consultants peuvent rebondir les uns sur les idées des autres.

5 – Le Plan d’action (5 à 10 mins)

Le client fait ensuite la synthèse des des actions qui lui ont été proposées, en indiquant celles qu’il va mettre en application sans se justifier de ses choix ou du refus d’autres idées.

6 – L’Apprentissage (5 à 10 mins)

Un tour de table permet aux participants de partager avec le groupe ce qu’ils ont ressenti pendant la séance et éventuellement de dire ce qu’ils souhaitent mettre en place chez eux.

Pour en savoir plus :  Groupes YES AU BUSINESS ! Co-Développement pour entrepreneurs à Lannion (Côtes d’Armor) 

Participer à l’atelier découverte du 8 juin 2018 à la CCI de Lannion co-organisé avec Entreprendre au Féminin Bretagne – Inscription obligatoire : http://www.entreprendre-au-feminin.net/EAFB-22-Atelier-Les-groupes-de-co-developpement-des-accelerateurs-de-reussite

Pourquoi rejoindre un groupe Yes au Business !

Management : cultiver le sentiment d’appartenance

Toutes les entreprises devraient souhaiter que leurs collaborateurs soient fiers d’y travailler. Le sentiment d’appartenance est en effet un levier naturel qui renforce la motivation et la satisfaction au travail. Nous l’avons tous constaté à un moment ou à un autre, le désir d’appartenance est une aspiration essentielle car l’appartenance à un groupe ou une équipe dont nous sommes fiers procure un effet de reconnaissance et de plaisir. C’est également un élément de notre identité professionnelle. Parfois cultivé naturellement par l’entreprise, il arrive qu’il soit négligé ou malmené à l’occasion de fortes évolutions de la culture interne (fusions, changements de direction ou d’orientations stratégiques).

Comment faire pour renforcer durablement ce sentiment d’appartenance ?

Gagner l’intérêt, la loyauté ou la fierté d’un collaborateur par un bon niveau de rémunération est une croyance répandue, mais erronée. Dans les faits, en France, l’appartenance et la motivation sont peu reliées à la rémunération. Pour développer un sentiment d’appartenance, un collaborateur doit pouvoir s’identifier à l’équipe, à l’entreprise, ou à la marque pour laquelle il travaille. Plus le collaborateur se sent intégré, plus l’équipe contribue à son identité. Cette adhésion, mélange de sentiment d’utilité à un groupe et de solidarité à une équipe, est un indicateur puissant du sentiment d’appartenance. Le collaborateur aura alors plus facilement tendance à adopter les valeurs de l’entreprise, ses codes et son éthique. Il trouvera un sens à son action et sera plus performant.

cohesion_equipe_22.jpg

 

Les équipes soudées développent d’elles-mêmes des signes qui marquent leur communauté et leur unité. Ces signes doivent être encouragés. Alain, directeur du développement d’une PME de 100 salariés s’inquiétait d’une pratique de son équipe marketing, qu’il jugeait bruyante et immature. Le temps d’une pause, plus particulièrement dans les moments de forte tension pour atteindre un objectif, l’un des membres de l’équipe achetait une boîte d’oeufs en chocolat renfermant une surprise et proposait une pause « Kinder ». Au signal, quand chacun pouvait se libérer quelques minutes, l’ensemble de l’équipe se retrouvait dans le bureau le plus vaste et ouvrait son oeuf Kinder. La figurine faisait l’objet de nombreuses plaisanteries avant de rejoindre un panier où s’accumulaient au fil des semaines les figurines témoin du rituel.

Parenthèse de plaisir et moment de partage, les rituels fédèrent les groupes humains en créant des conditions mentales et sociales particulières. Les micro-rites du quotidien sont particulièrement précieux car ils produisent de la mémoire et de l’appartenance. Les équipiers n’en seront que plus efficaces !

Quels sont les rituels qui contribuent à créer un sentiment d’appartenance au sein de vos équipes ? Partagez vos bonnes pratiques avec la communauté du blog !

Vous souhaitez prendre du recul et instaurer un changement dans vos pratiques pour mieux mobiliser vos équipes ?  Contactez-moi pour un diagnostic gratuit de vos besoins au 06 72 04 27 60.

Lire aussi : Pouvez-vous compter sur l’engagement de votre équipe ?

Pouvez-vous compter sur l’engagement de votre équipe ?

Bénéficier de l’engagement de son équipe dans les phases de transition, c’est le désir de tout dirigeant en position de leadership.  Aujourd’hui cependant les études et les témoignages vécus concordent : 54 % des salariés se disent démotivés en France et les chefs d’entreprise constatent qu’il y a une difficulté à motiver les salariés dans une période où les marges de manoeuvre sur les rémunérations sont faibles (source : Etude Gallup publiée en 2014).

gestion_equipe_management__adkoe

Un salarié engagé est émotionnellement investi dans son entreprise et se sent impliqué dans le développement des affaires de cette entreprise. L’atelier « Décider en équipe » que j’ai animé au printemps pour les entreprises de la Technopole Anticipa  nous a permis de préciser les attitudes attendues en situation de travail.

Je vous propose de faire rapidement vous-même un premier diagnostic de votre équipe afin de voir si vous pouvez compter sur votre équipe :

Vos collaborateurs :

□ font preuve d’une volonté de découverte, d’aller de l’avant et de résoudre les problèmes
□ font des propositions concrètes pour améliorer les produits et les services de l’entreprise
□ font circuler l’information utile
□ respectent la confidentialité vis-à-vis de l’extérieur de l’équipe
□ utilisent des méthodes de travail communes et adaptées
□ travaillent dans un climat de confiance qui permet à chacun d’exprimer ses idées
□ coopèrent pour résoudre les problèmes
□ réagissent positivement aux idées de leurs collègues
□  montrent des attitudes de soutien réciproque
□ ont des résultats qui progressent
□ ont une influence positive sur la qualité du service client
□ montrent du plaisir et de la fierté à appartenir à une entité commune

Vous avez une majorité de oui ? C’est parfait, vos collaborateurs sont majoritairement motivés, actifs et ils se sentent impliqués. A l’aise dans leurs fonctions ils font progresser votre entreprise et donnent une bonne image de votre structure vis à vis de la clientèle.

Cependant nous le savons tous, les choses varient dans le temps et la réalité d’une équipe c’est parfois aussi des personnes qui se comprennent mal, se méfient et se protègent les unes des autres, des méthodes et des habitudes de travail différentes, des jeux de pouvoir, une tendance à se réfugier dans l’attentisme avec peu d’actions concrètes (présentéisme), le refus d’accepter des directives et la non application de la politique de l’entreprise, de la passivité et des attitudes d’évitement pouvant aller jusqu’à l’absentéisme. Les collaborateurs peuvent également être désengagés. Démotivés, peu actifs, ils arrivent pour partir, voire même activement désengagés. Ils ont alors un ressenti négatif envers l’entreprise, susceptible de se manifester par des comportements hostiles à l’encontre de cette entreprise.

Impliquer son équipe dans le projet de l’entreprise et obtenir l’engagement de ses collaborateurs n’est pas une chose facile. Des outils permettent de mettre en place un management plus participatif qui produit des résultats sur l’attitude de ses collaborateurs. Chaque dirigeant peut par son comportement et ses méthodes de management avoir un impact sur l’engagement de ses équipes. Les 3 prochains articles seront consacrés à ces outils.

Vous souhaitez prendre du recul et instaurer un changement dans vos pratiques pour mieux mobiliser vos équipes ?  Contactez-moi pour un diagnostic gratuit de vos besoins au 06 72 04 27 60.

Lire aussi : Management, cultiver le sentiment d’appartenance

Comment apprivoiser la procrastination ?

Il nous est tous arrivé de remettre à plus tard une tâche qui nous ennuyait. Mais quand cette tâche consiste à téléphoner à un contact qui pourrait déboucher sur une affaire ou bien qu’il s’agit du paiement d’une facture qui nous vaudra une pénalité de retard importante si nous ne la payons pas en temps et en heure et que nous reportons cette tâche encore et encore en trouvant mille autres choses à faire à la place, il est temps de regarder de plus près de quoi il retourne pour voir s’il ne s’agit pas là d’une stratégie d’échec, voire d’auto-sabotage.

procrastination.jpg

 

La procrastination (vous l’avez reconnue) consiste à remettre à plus tard une tâche qui devrait être faite maintenant. Assortie d’un sentiment de culpabilité, elle peut être source d’anxiété, de doutes sur sa capacité à réaliser son projet ainsi que d’opportunités ratées. Elle devient un problème quand elle nuit à notre réussite et à l’avancement de nos projets. Comment apprivoiser ce comportement qui peut retarder notre développement d’affaires ?

Souvent perçue comme un problème d’organisation ou de gestion du temps, la procrastination comporte une dimension psychologique. Quand la tâche que l’on repousse est une chose que nous ne savons pas faire et qu’elle est en lien avec notre confiance en soi il est important de comprendre le message qu’elle nous adresse et d’adopter de nouvelles stratégies pour avancer :

1 – Se préoccuper de la cause pour comprendre le message que ce comportement nous envoie
Inutile de durcir sa volonté, la procrastination n’est généralement pas un problème de gestion de temps ni le fruit de la paresse. Un comportement d’évitement assorti d’une émotion négative est un signal et révèle généralement un besoin à combler. Peur du jugement, perfectionnisme, peur de l’inconnu ou de l’échec, besoin de stimulation… les causes de la procrastination peuvent être multiples. Le fait de prendre en compte ce signal aide la peur à se dissiper peu à peu et à mettre en place des solutions.  Peut-être avons-nous besoin de nous préparer et de nous exercer pour prendre confiance ? Imaginons que je souhaite prendre un rendez-vous avec un client potentiel mais que je peine à franchir le pas car c’est la première fois que je vais présenter mon offre de services, je peux organiser un premier entretien avec un professionnel de ma connaissance pour m’exercer et prendre confiance avant de rencontrer une personne que je ne connais pas.
Dans tous les cas, banissez les discours critiques à votre égard et changez de regard sur vous. Rien n’est plus efficace pour passer à l’action que la complicité avec soi-même et l’absence de rapports de force.

2- Découper la tâche en petites tâches plus simples à accomplir sans attendre de maîtriser tous les éléments pour avancer
Face à une difficulté, la tentation est grande de déployer des dispositifs très compliqués pour se rassurer. Je peux par exemple me convaincre que j’ai besoin d’une brochure détaillée ou d’une formation complémentaire pour approfondir mon expertise avant de prendre le premier rendez-vous. Or si ces éléments sont importants pour déployer son activité, ils ne sont pas indispensables pour démarrer. On peut même penser qu’il sera nécessaire de rencontrer ses clients d’abord pour affiner son offre et son discours, ou choisir le complément de formation dont nous avons besoin.  Alors la choses la plus simple à faire si je souhaite vendre mes nouvelles prestations est de téléphoner pour prendre ce fameux rendez-vous. Avec pour tâche principale de préparer deux phrases simples pour la prise de rendez-vous et  en reportant à plus tard la préparation de l’entretien lui-même. Le premier pas est souvent le plus difficile à faire car nous surestimons parfois la difficulté de ce que nous ne connaissons pas. Faire ce premier pas est important car il a pour effet de nous engager dans la réalité et de nous rapprocher de notre but, ce qui diminue l’appréhension que l’on ressent face à l’inconnu et nous réconcilie avec l’image que nous nous faisons de nous-même. Et pour être sûr de passer à l’action, associez à chaque tâche simple une échéance et récompensez-vous pour l’accomplissement de cette première étape afin de renouer avec le plaisir.

3- Faites participer les autres à vos progrès. Si vous avez la chance de faire partie d’un groupe de pairs ou d’un club d’entrepreneurs, évoquez vos projets et faites-vous aider de leurs conseils. L’idée des questions qu’ils vous poseront à la prochaine rencontre et de ce que vous aurez à leur raconter devrait vous stimuler pour avancer.

Et vous ? Pour quelles tâches procrastinez-vous ? Partagez vous aussi vos bonnes pratiques, laissez-nous un commentaire ici !

Vous souhaitez créer votre cercle de réussite et bénéficier d’un accompagnement personnalisé pour mettre en place votre démarche ? Pensez coaching, contactez-nous au 06 72 04 27 60 pour en parler.

Faut-il vendre sa boîte ?

Perte de motivation, baisse du chiffre d’affaires, écart de plus en plus grand avec le projet de départ, sentiment que l’environnement n’est pas porteur… Les clients qui viennent me voir avec en toile de fond la question de la vente de leur activité manifestent souvent un ou plusieurs de ces symptômes. Décider de vendre son activité pour passer à autre chose est souvent une question douloureuse qu’il est difficile de trancher facilement.

Aide_a_la_decion_coaching

 

Plus que d’autres peut-être les dirigeants d’entreprise investissent une part importante d’eux-mêmes dans le développement de leur boîte, et décider de vendre son activité est une décision très personnelle qui peut prendre du temps. En tant que coach d’entrepreneurs, il m’est bien sûr impossible de conseiller mes clients sur la direction à prendre. Ce dont je peux témoigner cependant c’est qu’il y a dans toute vie professionnelle des caps à franchir et que le métier d’entrepreneur n’y échappe pas. Des parcours inspirants peuvent nous aider à faire du tri dans nos idées. Je vous invite à découvrir celui de Jean-Louis Etienne.

Jean-Louis Etienne a publié récemment « Persévérer, on ne repousse pas ses limites, on les découvre » .  Il y fait le récit de son parcours de vie et encourage chacun à ne pas renoncer pour avancer peu à peu vers ce qu’il veut vraiment. De tourneur-fraiseur, il est devenu médecin, puis médecin d’expédition et enfin explorateur organisant ses propres expéditions. Tout ce qu’il a vécu au Pôle Nord et ailleurs ne montre pas seulement un « super campeur » comme il se qualifie mais un homme qui a une volonté inépuisable pour arriver à son objectif. Avant tout ce sont la passion et ses rêves d’enfant qui guident ses projets. Voici une courte vidéo où il parle de sa vision des choses : Jean-Louis Etienne ou comment résister à la tentation de l’abandon.

Il n’est jamais simple pour un entrepreneur de quitter la boîte qu’il a créée. Savoir détecter le bon moment, clarifier ses envies profondes, apprendre de ses réussites comme de ses échecs, accepter l’idée que le changement fait partie de la vie et que le paysage va se préciser en chemin sont des clés pour avancer. Nos outils d’accompagnement et d’aide à la décision font le reste ;-).

Vous souhaitez vous faire accompagner dans la phase de la prise de décision ou après la vente pour faire un bilan personnel ? Rencontrons-nous ! Vous pouvez me contacterau 06 72 04 27 60 pour un premier échange gratuit.

Lire aussi : Aide à la décision / Comment sécuriser vos prises de décision

 

Comment obtenir des résultats ?

La rentrée de septembre c’est un peu comme la rentrée de janvier, les bonnes résolutions sont à l’honneur. Si prendre de bonnes résolutions c’est poser des jalons pour progresser, c’est aussi un peu s’avouer que l’on ne peut pas compter sur notre mode de fonctionnement habituel et ces nouvelles habitudes disparaissent souvent très rapidement.

Alors quelle discipline mettre en place pour réussir ses objectifs ? comment faire pour se fixer des objectifs motivants et durables ?

Coaching professionnel Lannion

Je vous propose 2 pistes de réflexion, issues des ateliers pour entrepreneurs que j’anime sur ce sujet :

  • Vérifiez que les projets que vous menez et que les objectifs que vous vous fixez sont en accord avec vos buts personnels : ce qui favorise la mise en action c’est de sentir que ce que l’on fait va dans le sens de notre projet de vie et de ce qui donne du sens à notre existence. identifier clairement ces buts est une étape indispensable pour se mettre en mouvement efficacement et progresser. Une amie coach, de double culture anglaise et française me parle souvent du plaisir qu’elle ressent lorsqu’elle accompagne des clients qui évoluent dans un environnement interculturel. C’est une nécessité pour elle que de favoriser le travail entre personnes de cultures différentes. Proposer des programmes de formation et d’accompagnement qui favorisent la bonne compréhension mutuelle des équipes interculturelles est un objectif en cohérence avec son vécu et son histoire personnelle, et son énergie semble inépuisable quand il s’agit de promouvoir et de faire connaître ces spécificités.
  • Une fois votre cap ou votre vision d’entrepreneur clarifiés, centrez-vous sur l’essentiel et faites du tri dans vos actions. Ce qui favorise l’obtention de résultats concrets c’est la capacité à déterminer des priorités claires et à les décliner en objectifs concrets et réalistes. Ces objectifs sont à décliner à l’échelle de la journée et de la semaine. N’oubliez pas que nous surestimons souvent ce que nous pouvons réaliser à court terme. Se fixer des objectifs réalistes et se centrer sur l’essentiel amène à scinder sa to do list en deux : d’un côté la liste des priorités, qui trouveront une place dans l’agenda (identifier une plage spécifique pour eux dans la semaine) et, si renoncer est une chose difficile pour vous, une liste des NOT TO DO ou  PEUT-ETRE. Vous pourrez piocher dans cette liste quand les priorités seront accomplies.

Et pour un effet durable, gardez sur vous en permanence la liste de vos essentiels. Prenez chaque matin ou chaque soir un temps au calme pour définir ce qui est vraiment important pour la journée qui vient. Envisagez le dimanche soir ou le lundi matin l’action que vous souhaitez vraiment accomplir dans la semaine qui vient. Les résultats ne devraient pas tarder à se manifester, ne serait-ce que sous la forme d’un réel sentiment d’accomplissement. Clarifier son cap et sa vision, se centrer sur l’essentiel feront progresser votre cercle d’influence et de réussite. N’oubliez pas  que votre meilleur allié, c’est VOUS, avec le temps bien sûr ;-).

Et vous ? Quelle discipline avez-vous besoin de mettre en place pour réussir votre entreprise ?  Partagez vous aussi vos bonnes pratiques, laissez-nous un commentaire ici !

Vous souhaitez mettre en place une discipline dynamisante et bénéficier des ressources de l’intelligence collective pour développer votre entreprise facilement ? Découvrez les groupes Yes au Business, contactez-nous au 06 72 04 27 60 pour en parler.

Démotivé ? Boostez votre motivation en identifiant votre zone de « flow »

 Vous naviguez entre ennui et stress et votre activité professionnelle n’est plus pour vous une source de satisfaction ? Il est temps de mettre en place un plan d’action.

Première étape : comprendre comment marche la motivation. Imaginez que vous avez deux paramètres : en premier la difficulté et le challenge que représente une activité, et en second les compétences que vous possédez.

Diagramme de la zone de flow du psychologue Mihaly Csikszentmihalyi

Diagramme de la zone de flow du psychologue Mihaly Csikszentmihalyi

Il y a deux zones à éviter : la zone de stress où le défi est trop important par rapport à vos capacités, et la zone du bas, où le défi est trop faible par rapport à vos capacités et où l’ennui vous guette. La zone optimale est la zone de « flow » ou d’expérience optimale, identifiée par le psychologue Mihaly Csikszentmihalyi. Il s’agit d’un état que l’on expérimente naturellement, quand nous nous trouvons totalement absorbés par une tâche au point d’en oublier toute notion du temps, ainsi que toutes nos préoccupations. La satisfaction et le bien-être éprouvés sont immédiats.

Deuxième étape : tester votre flow. Les bricolos aimant les expérimentations programmeront  une alarme sur leur portable qui sonnera 8 fois dans la journée, de manière aléatoire. A chaque fois que le signal se déclenchera, ils noteront dans un carnet ce qu’ils étaient en train de faire, avec qui ils se trouvaient et quelles sensations ils éprouvaient. A reconduire autant que nécessaire. Les amateurs de tests scientifiques  établiront un diagnostic complet de leur situation sur le site Happiness at work.

Une fois le constat posé, il ne tient qu’à vous d’accroître le nombre d’expériences optimales et de réduire les moments pendant lesquels vous vous sentez peu impliqué ou distrait. Et si vous vous trouvez trop souvent dans la zone d’ennui, peut être qu’il est temps d’entreprendre un nouveau challenge…