processus créatif

Comment devient-on entrepreneur ?

Tout le monde peut-il devenir entrepreneur ? Pour Jean-Philippe Bozek, auteur de « Coacher les entrepreneurs, transformer leurs rêves en réalité », il faut pour devenir entrepreneur avoir développé dans sa personnalité une importante capacité à rêver et un grand réalisme en même temps. Le rêve permet de se projeter dans l’avenir en s’appuyant sur sa boussole interne, tandis que le réalisme amène à ajuster et mieux dimensionner son projet. Le réalisme s’appuie sur la capacité que l’on a de partager sa vision et de la soumettre à l’épreuve de la réalité et du sens critique. Cela demande une bonne dose de confiance en soi, afin de se sentir capable d’exposer au grand jour le fruit d’une activité somme toute assez secrète, qui repose sur l’imaginaire.

L’entrepreneur met ainsi en oeuvre un processus de créativité où les idées se construisent tout d’abord par approximation. Il mobilise les connaissances utiles, il produit des associations d’idées et synthétise les informations. Ces idées approximatives sont ensuite prises en charge par des processus exploratoires qui les interprètent et analysent les hypothèses, en tenant compte de leurs limites et de leur intérêt. C’est ainsi par des essais et des erreurs, par des pistes suivies puis rejetées ou affinées, par des formulations d’hypothèses et leur vérification que le processus créatif peut aboutir.

On devient ainsi entrepreneur en commençant par rêver, puis en expérimentant ce en quoi l’on croit, dans une relation constructive avec son environnement.

Comment célébrer ce qui a été accompli ?

Le temps des vacances arrive. Une invitation à célébrer ce qui a été accompli, à remettre à demain aussi ce qui nous paraît souvent si important : la réalisation de nos objectifs, notre désir de réussir à travers la quête d’un Graal qui a souvent une fâcheuse tendance à reculer au fur et à mesure que l’on avance.

La période de début juillet-début août est un moment où l’agitation et une certaine forme d’agressivité prédominent dans les relations, chacun étant tendu vers la réalisation de ses objectifs avant de partir en vacances. C’est également le moment où, après la culmination du solstice d’été, les nuits recommencent insensiblement à rallonger. En termes d’énergies, telles qu’elles ont été décrites par les chinois de l’antiquité en observant les forces de la nature en œuvre autour d’eux et en eux,  c’est le moment de freiner les forces d’expansion qui nous ont animé dans la réalisation de nos projets pour prendre du recul et prendre le temps de s’accorder aux autres et à soi-même.

La période des vacances d’été, avec son incontournable « temps mort professionnel » de la fin juillet à la mi-août  est le moment idéal pour prendre conscience de ses besoins afin de nourrir d’autres parts de soi, voire réfléchir à ses modes de fonctionnement personnels et développer une conscience plus claire de ce qui est vraiment important pour soi dans son activité de l’année. Cette attention prise à soi, au « j’ai envie » plutôt qu’au « il faut », ouvrira un nouvel espace pour renouveler sa motivation et  mûrir de nouvelles intentions, plus en accord avec ses besoins.

Pour mieux  savourer le moment présent et s’accorder à soi-même.

Pour aller plus loin :
–          Découvrir la pensée chinoise à travers le Livre des Changements : Le cercle du Yi Jing
–          « Question de temps » de François Délivré aborde notre rapport au temps sous le triple aspect de l’efficacité, de la sérénité et de l’accomplissement de soi. Son auteur, polytechnicien devenu coach, nous invite à pratiquer un certain art de vivre. A quoi servirait d’organiser notre temps si l’on ne savait quelle valeur lui accorder…
–          Le coaching pour prendre un temps de réflexion sur vos processus personnels et développer une conscience claire des projets que vous voulez réaliser .